Aller au contenu

Rédiger son mémoire

Dernière mise à jour :

Le travail de rédaction du mémoire de fin d'étude prend appui sur les enseignements dispensés à l'INSPÉ et sur les stages de formation. Il constitue une étape importante dans la formation de l'étudiant. Cependant, le mémoire doit être considéré comme la première étape d'une démarche individuelle et collective à poursuivre tout au long de sa carrière professionnelle.

Les attendus de la recherche

Le référentiel de compétences professionnelles des métiers du professorat de l’éducation paru au bulletin officiel du 25 juillet 2013 précise la place et le rôle de la recherche dans la formation et le développement professionnel.

Dans le cadre de la formation suivie à l'INSPÉ, l'étudiant mène une activité de recherche qui lui permet de se familiariser avec la démarche scientifique et de développer ses compétences d'observation et d'analyse des pratiques professionnelles. Une note ministérielle relative à la mise en œuvre du mémoire datée du 28 octobre 2015 précise encore davantage ces objectifs. Il s'agit de :

  • "compléter et actualiser ses connaissances scientifiques, didactiques et pédagogiques,
  • se tenir informé des acquis de la recherche afin de pouvoir s'engager dans des projets et des démarches d'innovation pédagogique visant à l'amélioration des pratiques,
  • réfléchir sur sa pratique - seul et entre pairs - et réinvestir les résultats de sa réflexion dans l'action".

Mise en oeuvre du mémoire

L’article 18 de l'arrêté du 24 juillet 2020 prévoit la rédaction par chaque étudiant d’un mémoire de master qui "articule une problématique, un cadre théorique et une méthodologie de recherche en relation avec une question pédagogique. Ce mémoire peut prendre appui sur son expérience propre en milieu professionnel, ou sur toute autre dimension du métier. Il fait l'objet d'une soutenance."

Le directeur du mémoire expliquera quelles sont les articulations possibles entre activités de recherche et développement professionnel. Le mémoire peut en effet aussi offrir une occasion de poursuivre le travail de recherche (thèse).

Le nombre de pages généralement attendu pour le mémoire MEEF, en concertation avec le directeur, est d’une trentaine de pages (hors annexes ).

LA RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE

Toute démarche de recherche commence par la consultation d’ouvrages généraux et d’ouvrages ayant trait au sujet de votre mémoire de master MEEF. Ces premières lectures permettent de mieux cerner le sujet de son mémoire.

L’INSPÉ de l’Académie de Bordeaux vous offre de nombreux services et outils vous permettant de mener à bien vos premières recherches bibliographiques.

Après la lecture des ouvrages généraux de référence  (encyclopédies et dictionnaires) la lecture de mémoires et notamment de leurs bibliographies vous sera très utile.

Pour cela vous pouvez consulter :

  • la page "Consulter les mémoires et les thèses" et la base DUMAS (Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance),
  • des ouvrages spécialisés sur la rédaction de travaux scientifiques :
    • Azia Dimbu, F., Kodila-Tedika, O., & Mpesi-Kimboko, J. (2019). Normes de présentation d'un travail scientifique (Educations et sociétés). Paris (France): L'Harmattan. Localiser l'ouvrage,
    • Guéguen, M. (2018). Réussir son master MEEF 30 fiches pour structurer et rédiger le mémoire de recherche professionnel. Paris (France): Ellipses. Localiser l'ouvrage,
    • Pierre, S. (2021). Le mémoire en master MEEF. Paris (France): Ellipses. Localiser l'ouvrage,
    • Jaillet, A., & Mabilon-Bonfils, B. (2021). Je réussis mon mémoire de Master MEEF 1er degré, professeur des écoles. Paris (France): Vuibert. Localiser l'ouvrage.

Il est important de conserver ses références bibliographiques dès le début de ses lectures (selon la loi informatique et libertés, les bibliothèques ne peuvent en effet conserver un historique des emprunts passés). Babord + permet aux usagers connectés à leur compte lecteur de consulter leurs prêts en cours, leur historique de prêt, de constituer des bibliographies thématiques ou encore d’enregistrer des recherches.

Des guides de prise en main du catalogue Babord+ vous aideront à maîtriser ces diverses fonctionnalités.

Un logiciel de gestion bibliographique libre et gratuit, tel que Zotero,  permet de gérer ses références bibliographiques plus facilement. Pour une prise en main progressive, l'université a créé  des tutoriels.

LA RÉDACTION

Le mémoire doit respecter un certain nombre de règles typographiques : police, interligne, mise en page, etc.
 

  • le format : du papier blanc A4, impression en recto-verso, marges de 2,5 cm pour le haut et le bas et 3 cm pour la gauche et la droite,

  • la typographie : utiliser une police « neutre » (la norme est le Times New Roman) en format 12. L’interligne doit être de 1,5 et le texte justifié. Les pages sont numérotées en continu (en chiffres arabes en bas de page) de l’introduction à la dernière page de la bibliographie. Enfin, les tableaux et graphiques doivent être numérotés et cités dans le corps du mémoire avec leur numéro (ex. : cf. tableau 1 ou cf. figure 2). Le titre d’un tableau est au-dessus de celui-ci tandis que le titre d’une figure est en-dessous.

    • en matière de règles typographiques, le guide de recherche 2021-2022 conseille de s’appuyer sur le guide intitulé "Règles typographiques de base pour la présentation d'un document" proposé sur le site de l’institut de sciences politiques,
    • on conseillera cependant à l’étudiant de respecter les consignes de son directeur de mémoire.

Le mémoire doit respecter une structure type : il s’agit d’en faciliter l’accès aux lecteurs :

  • page de titre : elle porte les noms de l’université et de l’institut de formation, les nom et prénom de l’étudiant, le titre du mémoire, le nom du directeur de mémoire, l’année universitaire. Voir la feuille de style,

  • page de remerciements (et/ou avant-propos) : elle n’est pas obligatoire et n’est pas paginée,

  • sommaire : il détaille les titres des parties et sous-parties du mémoire et renvoie aux numéros des pages concernées,

  • liste des abréviations fréquemment utilisées dans le mémoire : elle n’est pas obligatoire mais néanmoins utile. Elle ne doit pas être trop longue. Tout acronyme doit être malgré tout développé lors de sa première mention dans le mémoire. (ex : INSPÉ : Institut National Supérieur du Professorat et de l'Éducation),

  • introduction : elle doit brièvement présenter la problématique du mémoire et annoncer le plan de ce dernier,

  • corps du texte : la structure du texte doit suivre l’organisation d’un article scientifique à savoir une partie théorique, une partie expérimentale avec analyse et discussion des résultats obtenus, puis une conclusion,

  • résumé et choix de mots-clés,

  • conclusion : elle doit résumer le cheminement du mémoire, répondre à la problématique posée. Elle doit se terminer sur une « ouverture » orientant vers de possibles travaux de recherche ultérieurs,

  • bibliographie : elle fait partie du mémoire et doit être paginée,

  • annexes : celles-ci doivent être séparées du corps du mémoire, doivent comporter une pagination différente . Elles ne doivent pas dépasser, en nombre de pages, la moitié de celles consacrées au mémoire lui-même.

PRÉSENTATION DE LA BIBLIOGRAPHIE ET NORMES BIBLIOGRAPHIQUES

Il faut avant tout que la construction de la bibliographie soit cohérente (même présentation des différentes références), le mieux étant évidemment de respecter les normes.

Plusieurs normes de présentation existent : les normes APA et ISO 690 sont les normes les plus couramment utilisées en sciences humaines et sociales. L’essentiel est de ne pas les mélanger.

  • le guide de recherche 2021-2022 indique dans sa sitographie l’existence d’un guide sur les normes pour la rédaction de bibliographies.
  • le logiciel Zotero peut être configuré pour réaliser votre bibliographie en respectant ces normes :
    • dans le corps du texte et les notes de bas de pages,

    • dans la bibliographie elle-même.

DÉPÔT ET SOUTENANCE

  • le dépôt : 2 ou 3 exemplaires imprimés et reliés selon le nombre de membres du jury peuvent être exigés. Ils doivent être adressés à la commission de soutenance. Le plus souvent, l’envoi d’une version numérique suffira,

  • la soutenance : La soutenance qui s’impose à l’ensemble des étudiants est individuelle et publique, elle constitue un temps fort de la formation. Le directeur de mémoire a la responsabilité de l’organisation de la soutenance (date, lieu et composition de la commission). La soutenance est d'une durée totale de 30 minutes pour l'étudiant (15 minutes de présentation de sa recherche et 15 minutes de questions/réponses) suivi d'un temps de délibération de la commission.

Dans le cas d’un travail en binôme, chaque membre soutient devant la même commission d'examen afin de permettre une évaluation finale différenciée.

La soutenance est l'occasion d'ouvrir de nouvelles pistes de réflexion. La présentation orale peut être accompagnée d’un support visuel et de documents complémentaires.

QUELQUES CONSEILS ET RAPPELS

Les critères d’évaluation du mémoire sont détaillés dans une grille du guide de recherche 2021-2022 (p. 9-10)

Les correcteurs automatiques ne corrigeant pas tout (conjugaison, syntaxe, etc…), il est conseillé, si c’est possible, de faire relire son mémoire par un ou des tiers. La maîtrise de la langue française est en effet de rigueur pour tout étudiant de Master, d’autant plus pour un futur enseignant : le référentiel de compétences du 1er juillet 2013 rappelle en effet qu’un enseignant doit « maîtriser la langue française à des fins de communication ». Le texte doit être aussi suffisamment clair pour être lu par un « profane ». De même, Il est recommandé de faire une vérification finale de la pagination du sommaire, etc…

Attention au plagiat qui relève de la contrefaçon. Son auteur s’expose à des sanctions civiles et pénales. Lorsque le plagiat est réalisé dans le cadre universitaire, son auteur sera traduit devant la section disciplinaire de son établissement qui pourra prononcer des sanctions, celles-ci pouvant aller jusqu’à une interdiction illimitée d’inscription dans les établissements de l’enseignement supérieur. L’université de Bordeaux est doté d’un logiciel (COMPILATIO) permettant au directeur du mémoire de facilement repérer les parties plagiées.

En cas de doutes sur le respect des droits d’auteur, nous conseillons aux étudiants de solliciter les conseils de son directeur de mémoire ou de l’équipe de sa bibliothèque.

Le mémoire doit respecter des règles dites déontologiques : tous les entretiens, tests, questionnaires réalisés auprès des élèves nécessitent l’accord de l’un, voire des deux parents ou tuteurs légaux. Les résultats doivent être évidemment anonymisés. Le droit à l’image (photos/films de la classe) doit être strictement respecté (en savoir plus).
Enfin on attend évidemment de tout chercheur rigueur et honnêteté intellectuelle ce qui impose de ne pas produire des données factices ou manipulées.

Valorisation des mémoires

Les meilleurs mémoires peuvent, sous réserve de l’accord du jury de mémoire et de celle de son auteur, être publiés sous forme numérique dans la base DUMAS.

Bonus : les étudiants ayant réalisé les meilleurs mémoires peuvent participer au concours « Mon mémoire MEEF en 180s »